Ostoni - Au cœur de vos projets dans le domaine des pâtes

Bénéficier de notre longue expérience dans la fabrication de machines à pâtes fraîches, ravioli, tortellini,  gnocchi, cappelletti...

La Vénétie veut protéger son tiramisù

À l’exception des crèmes glacées, aucun autre dessert italien n’est aussi célèbre dans le monde que le tiramisù. Le président de la région de Vénétie veut lui donner un label.

tiramisu

Ce serait une « mammà », Ada Campeol, propriétaire du restaurant Alle Beccherie situé à Trévise, qui, dans les années 1970, aurait inventé la recette du tiramisù – biscuits savoyards, jaunes d’œuf, mascarpone, café, cacao en poudre – avec l’aide de son cuisinier. En fait, allaitant son premier enfant, elle cherchait une douceur très énergétique. D’où le nom en dialecte vénitien « Tiramésu », qui signifie « remonte-moi » et dont la version italienne est tiramisù.

Pour le président de la région Vénétie, Luca Zaia, ancien ministre de l’agriculture, cela ne fait aucun doute, le vrai tiramisù est bien de sa région. Mais il estime cette spécialité menacée par « mille et une contrefaçons » et vient donc d’annoncer qu’il demandera la dénomination « Spécialité traditionnelle garantie » (STG), un label européen créé en 1992 pour valoriser un mode de production traditionnel.

LA PATERNALITÉ DU TIRAMISÙ EST CONTESTÉE PAR UNE DEUXIÈME RÉGION DU NORD

En Italie, ce label a ainsi été reconnu en 2008 à la « pizza napolitaine » grâce aux batailles menées par l’Associazione verace Pizza Napoletana et l’Associazione Pizzaiuoli Napoletani. L’objectif de Luca Zaia est, bien sûr, de valoriser le tiramisù dans sa version originale, mais également de donner un coup de pub au secteur alimentaire en Vénétie, qui est notamment le berceau de deux entreprises très célèbres dans la péninsule. Celle de Giovanni Rana, leader des pâtes fraîches en Europe, et de la famille Bauli, numéro 1 des Panettone et Pandoro, qui sont les traditionnelles brioches de Noël.

Avant d’obtenir le fameux label, il va falloir régler des contentieux sur la propriété du mot « tiramisù ». Notamment avec les descendants de Mario Coloso, chef du restaurant Vetturino à Pieris, une ville de la région du Frioul-Vénétie-Julienne. « Dans les années 1930, mon père proposait un dessert au chocolat et au sabayon qu’il appelait “la coppa Vetturino”, raconte sa fille. Puis au début des années 1940, il lui a donné le nom “tiramisù” parce que des clients l’avaient félicité en lui disant : “Ce dessert, c’ha tirato sù !” (il nous a remontés). » La balle est aujourd’hui dans le camp des historiens de la gastronomie italienne.

Source: www.la-croix.com

www.ostoni.fr - Matériel d'équipement pour fabrique de pâtes fraîches et farcies